English version

Mont Everest (8 850 m)
Arête nord-est - Himalaya, Tibet

L'Everest vu du camp de Base (© P. Gatta)
L'Everest vu du camp de Base (© P. Gatta)

Le Mont Everest est le plus haut sommet de la planète. Il s’élève à 8 850 mètres. L’Everest fait partie de la chaîne de l’Himalaya en Asie et se trouve sur la frontière entre le Népal et le Tibet. Il est aussi appelé Chomolungma qui signifie “Mère de l’univers” en Tibétain. L’Everest est également un des 7 summits.

Edmund Hillary et Tensing Norway Sherpa ont réussi la première ascension par le versant Népalais le 29 mai 1953. Notre expédition a emprunté l’arête nord-est qui a été gravie pour la première fois en 1960 par une expédition Chinoise et Tibétaine.


La vidéo de l'expédition à l'Everest


Vidéo de l'expédition (© P. Gatta)



Le récit de l'expédition à l'Everest


17 Avril - 16 Mai : de Kathmandu au camp de base de l'Everest et acclimatation

Nous sommes arrivés à Kathmandu le 15 avril où nous avons passés deux jours à revoir le matériel, la nourriture, etc.
17 - 22 Avril : vol vers Lhassa (3 660 m, Tibet), puis traversée du plateau Tibétain en direction de l'Everest.
23 Avril : nous sommes arrivés au camp de base de l'Everest à 5 150 m.
Avril 24 - 16 Mai : nous avons fait une première montée d'acclimatation et de portage jusqu'au col nord de l'Everest à 7 050 m.

L'Everest et la carte de l'Asie
L'Everest et la carte de l'Asie (Courtesy NASA/JPL-Caltech)

17 Mai : camp de base (5 150 m) - Camp Interim (5 750 m)

24e jour d'expédition. Cela fait 10 jours que nous sommes revenu du col nord de l'Everest (7 050 m). Même en s’entraînant 3 heures par jour, je perds progressivement mon acclimatation. Cela fait trop longtemps que nous sommes au camp de base. Ma saturation en Oxygène qui était de 90% il y a quelques jours, est maintenant descendue à 86%. En fait, nous devions partir pour le sommet il y a deux jours pour viser le milieu de la fenêtre de beau temps (21-22 mai) mais la météo est toujours incertaine.

Nous partons aujourd’hui en direction du camp Intérim. C’est une marche de 12 km sur la branche Est du glacier de Rongbuk. 3h30 de moraine...

Camp Intérim (© P. Gatta)
Camp Intérim (© P. Gatta)

Il faut réserver les Yaks à l’officié de liaison plusieurs jours à l’avance. Cela lui laisse le temps de contacter les villages autour pour trouver les yacks nécessaires. Certains villages sont assez loin de l’Everest et il leur faut parfois jusqu’à 9 jours pour faire l’aller retour entre leur village, le camp de base et le camp de base avancé.
Au total nous avons 2 tonnes et demi de matériel, tentes, nourriture...à monter au camp de base avancé. Comme chaque yak peut porter environ 40 kg, il nous faut 60 yaks. Multiplié par les 15 expéditions présentes, cela donne une idée du nombre de yaks sur ce chemin.

Nos tentes au camp Intérim (© P. Gatta)
Nos tentes au camp Intérim (© P. Gatta)

Yaks en route vers le camp de base avancé, l'Everest dans le fond (© P. Gatta)
Yaks en route vers le camp de base avancé, l'Everest dans le fond (© P. Gatta)

Comme les jours précédents il neige l'après-midi. Il fait trop froid dans notre tente alors on reste avec le cuisinier Tibétain dans la kitchen tent.


18 Mai : camp Intérim (5 750 m) - Camp de base avancé (6 450 m)

On continue la montée sur le glacier Est de Rongbuk, sur la fameuse "miracle highway". Cette partie porte ce nom car il y a une bande de rocher (moraine) qui coupe le glacier en deux. La marche sur cette moraine est facile comparée aux crevasses et pénitents du glacier.

Miracle Highway (© P. Gatta)
Miracle Highway (© P. Gatta)

Vue panoramique du camp de base avancé (© P. Gatta)
Vue panoramique du camp de base avancé (© P. Gatta)

19 Mai : jour de repos au camp de base avancé (6 450 m)

On reste au camp de base avancé pour se reposer des deux derniers jours. On en profite pour revoir le matériel une dernière fois. Demain il faudra encore monter de la nourriture au col Nord de l'Everest.

Everest Camp de base avancé (© P. Gatta)
Camp de base avancé, le col nord est à droite et quelques nuages sont au dessus des Pinnacles.
Le sommet de l'Everest est la petite pyramide visible dans le fond à droite (© P. Gatta)

Dernière vérification de l’oxygène et des masques. Plusieurs régulateurs n’ont pas fonctionné dans le passé alors on prend des masques de réserve. Une bouteille pèse 3,8 kg, la pression d’O2 à l’intérieur de la bouteille varie de 200 à 260 bars en fonction de la température extérieure. L’autonomie en minutes = pression x 4 / débit en l/min. Cela donne environ 4h30 au plus haut débit. On décide de la stratégie maintenant ; on portera deux bouteilles chacun, on changera la première bouteille au 2e ressaut (3l/min). Cela nous donnera 9 heures d’autonomie, assez en principe pour faire C3, sommet, C3. Il faudra réduire le débit chaque fois que cela est possible pour économiser la bouteille.


Vêtement (10 kg) : 2 couches pour les jambes, 4 couches pour le corps, un bonnet, une cagoule, 2 paires de gants, 1 paire de moufle en duvet, chaussettes, masque de ski, chaufferette pour les mains et les pieds, la combinaison en duvet et les chaussures.

Matériel (12 kg) : piolet, crampons, mousquetons, jumar, lampe frontale, couteau, 1 L d’eau, nourriture, appareil photo et 2 bouteilles d’oxygène.


20 Mai : camp de base avancé (6 450 m) - Camp 1 au Col Nord de l'Everest (7 050 m)

La dernière fois que nous sommes montés au col nord de l'Everest, nous avons grillé alors cette fois je pars très tôt du camp de base avancé. Geff est malade et décide de ne pas monter. Pas de problème dans la montée mais accélère au maximum sous le passage du grand sérac au milieu de la pente.

Everest Col Nord (© P. Gatta)
Alpinistes dans la pente du Col Nord.
Les tentes sont à coté du large sérac juste sous le col (© P. Gatta)

Vue du Col Nord, Kathapu Peak (7283), Lhakpa-Ri depuis le col nord de l'Everest (© P. Gatta)
Kathapu Peak (7283 m), Lhakpa-Ri (7045 m)
La trace du camp de base avancé au Col nord.
Photo prise du col nord de l'Everest (© P. Gatta)

21 Mai : repos au Col Nord de l'Everest

Je ne suis pas sûr que nous avions besoin de ce jour de repos. Pas mal de cordées le ne prennent pas et montent au camp 2 le jour suivant. Quoi qu’il en soit, nous sommes ici à 7 050 m à faire fondre de la neige, manger et se reposer toute la journée. On félicite les quelques alpinistes qui redescendent du sommet mais leur état fait peur à voir.

Nos tentes au col nord de l'Everest (© P. Gatta)
Nos tentes au col nord de l'Everest (© P. Gatta)

22 Mai : camp 1 au col nord de l'Everest (7 050 m) - Camp 2 (7 700 m)

Nous avons reçu un appel de Duncan qui est au camp 3 ; il faut se préparer pour une journée glaciale et venteuse. Au moins on pourra mettre la combinaison en duvet au lieu de la porter dans le sac à dos qui est plein…

Alpiniste en train de monter vers le camp 2, le sommet est sur la droite (© P. Gatta)
Alpiniste en train de monter vers le camp 2, le sommet est sur la droite (© P. Gatta)

Les conditions de neige sont bonnes mais le vent devient de plus en plus fort au fil de la montée. Quand nous arrivons au camp 2, il souffle à 60 km/h. Il n’y a pas d’emplacement assez large pour mettre plusieurs tentes ensembles alors nous sommes séparés les uns des autres. On passe le reste de la journée à écouter les conversations radio entre les membres d’une équipe qui essayent de descendre un copain qui s’est cassé la main dans le 2e step.

Le vent a soufflé fort toute la nuit. On est resté dans le duvet avec tous les vêtements et on a gardé tous le matos dans les sacs au cas ou la tente se déchirerait.

Changtse (7 583 m) vu du camp 2. On aperçoit les tentes du col nord de l'Everest (© P. Gatta)
Changtse (7 583 m) vu du camp 2. On aperçoit les tentes du col nord de l'Everest (© P. Gatta)

23 Mai : camp 2 (7 700 m) - Camp 3 (8 300 m)

Nous venons de recevoir la dernière prévision météo. C’est mauvais. Le vent va se renforcer de 40 km/h à 80 km/h et la température va descendre à -25/-30ºC. Nous avons une longue discussion entre nous. Finalement, Kirsti, Kevin et Gavin décident de descendre. Je continue Namgyal et Nima. Jamie reste au camp 2 pour suivre notre montée.

On monte au camp 3 en 4 heures. Je ne suis pas sûr qu’on puisse appeler cet endroit un camp. C’est une pente inclinée à 30º sur laquelle on ne peut placer que quelques tentes. Rentrer et sortir de la tente est pénible et compliqué.

Montée vers le camp 3, je suis le 2e en partant du bas. Everest (© P. Gatta)
Montée vers le camp 3 de l'Everest (© P. Gatta)

Nima devant notre tente au camp 3 (© P. Gatta)
Nima devant notre tente au camp 3 à 8 300 m (© P. Gatta)

On passe l’après-midi à se reposer, boire et manger quelques barres. A 23h, nous sommes pratiquement prêts, pas un centimètre de peau n’est exposé au froid. Porter le masque de ski la nuit est pénible mais c’est indispensable pour éviter de se geler la rétine. Je mets deux bouteilles d’1/2 litre d'eau dans les poches intérieures de la combinaison. Il me faut un bon moment pour mettre les crampons, les boucles des lanières sont complètement gelées et collent aux gants, avec ce froid impossible de les toucher à main nue. On n’a moins de problème avec les piolets dont on a recouvert les parties métalliques avec de l’isolant et ruban pour crosses de hockey. A 23h30, nous partons.

Everest Camp 3, Vue du raide camp 3. Seulement 5 montagnes dans le monde sont plus hautes que se camp (© P. Gatta)
Vue du raide camp 3. Seulement 5 montagnes dans le monde sont plus hautes que se camp (© P. Gatta)

24 Mai : camp 3 (8 300 m) - Sommet de l'Everest (8 850 m) - Col nord de l'Everest (7 050 m)

Everest. La voie au dessus du camp 3. Photo prise de 8770 m, de retour du sommet de l'Everest (© P. Gatta)
La voie au dessus du camp 3. Photo prise vers 7h de 8 770 m de retour du sommet de l'Everest (© P. Gatta)

On quitte la tente à 23h30 (le 23 mai). Le vent n’est pas si fort mais il fait très froid. La première partie de la voie qui remonte un mur jusqu’à l’Exit Cracks (8 500 m) est plus raide et technique que je pensais. La neige qui est tombée les jours précédents est profonde et on s'enfonce pratiquement jusqu’à mi-mollets. Entre le masque de ski, celui à oxygène, la cagoule et la capuche je ne vois pratiquement rien en dessous de ma taille.

C’est un soulagement d’atteindre l’arête vers 8 500 m. La neige est plus dure par contre on est très exposé au vent. Impossible de s’arrêter pour manger ou boire dans ces conditions.

Le premier ressaut (First Step) est une courte escalade sur des gros blocs (PD, II). Ensuite la traversée continue vers la droite, le long de l’arête étroite. Le 2e ressaut (8 610 m) est la section la plus dure de la voie. La partie du bas est constituée à nouveau de gros blocs (III) que je grimpe comme je peux en utilisant les piolets, les genoux et les coudes. Ensuite une courte et raide goulotte mène à la fameuse échelle de la 2e partie. Cette échelle a été mise ici lors de la première par les Chinois en 1960. Elle permet de franchir la dalle en 5+. Monter le long de l’échelle est relativement facile mais la traversée au dessus de l’échelle est technique et exposée. J’enlève le masque à oxygène plusieurs fois pour essayer de voir les prises de pieds et de mains. La corde fixe est inutile et mal placée, pendant en contre bas.

Everest 2e ressaut vu depuis le bas (© Jamie McGuiness)
2e ressaut vu depuis le bas (© Jamie McGuiness)

Kevin descend le 2e ressaut de l'Everest au niveau de l'echelle (Jamie McGuiness)
Kevin descend le 2e ressaut au niveau de l'echelle (Jamie McGuiness)

Passer le 2e ressaut a fait du bien mentalement. De là il reste environ 2 heures jusqu’au sommet de l'Everest. Comme prévu on change nos bouteilles d’oxygène. La première n’est pas vide mais il y a peu d’endroit sur l’arête où l’on peut changer. Stupidement nous avons tous remis la première bouteille dans nos sac et nous les avons portées pour rien jusqu’au sommet, alors qu’on aurait pu les reprendre à la descente. Au dessus, le 3e ressaut est plus facile (II) et plus court (10 m).

4h20, on est au dessus du 2e ressaut. On voit la courbure de la terre. Everest (© P. Gatta)
4h20, on est au dessus du 2e ressaut. On voit la courbure de la terre (© P. Gatta)

Everest, 3e ressaut (© P. Gatta)
4h30, je grimpe le 3e ressaut vers, 8 700 m (© P. Gatta)

Everest. Sommet du 3e ressaut (© P. Gatta)
Sommet du 3e ressaut (© P. Gatta)

Juste au dessus du 3e ressaut 2 corps sont allongés dans la neige à quelques mètres de la voie. J’ai vu plusieurs autres corps plus bas et d’autres plus haut. Certains sont morts il y a quelques jours, d’autres sont morts depuis plusieurs années. Je suis choqué et triste…

Le ciel s’éclairci et devient orange au lever de soleil. Nous rattrapons les Colombiens dans la dernière pente de neige. De là on quitte un moment l’arête pour rejoindre la face nord sur quelques longueurs. On peut voir le glacier 3 500 mètres plus bas.

Nima and moi dans la dernière pente de neige vers 8 770 m. (© P. Gatta)
Nima and moi dans la dernière pente de neige vers 8 770 m (© P. Gatta)

Everest 8770m (© P. Gatta)
La voie vue depuis 8 770 m (© P. Gatta)

On sort de la face nord pour rejoindre à nouveau l'arête que l’on suit jusqu’au sommet de l’Everest. On y arrive à 5h45.

Arête sommitale et sommet de l'Everest (© P. Gatta)
Arête sommitale et sommet de l'Everest (© P. Gatta)

Photos depuis le sommet de l'Everest

FrCamp de Base et plateau Tibétain de l'Everest (© P. Gatta)
En direction du nord: Camp de Base et plateau Tibétain (© P. Gatta)

Cho-Oyu, 8206 m de l'Everest (© P. Gatta)
En direction de l'ouest : Cho-Oyu, 8206 m, 6e plus haute montagne (© P. Gatta)

Everest face de Kanchung (© P. Gatta)
En direction de l'est : l'arête sur la droite et l'impressionnante face Kanchung (© P. Gatta)

Makalu du sommet de l'Everest (© P. Gatta)
En direction du sud-est : le Makalu, 8485 m, 5e plus haut sommet. Derrière on peut voir le Kangchenjunga, 8586 m (© P. Gatta)

Lhotse du sommet de l'Everest (© P. Gatta)
En direction du sud : Lhotse, 8516 m, 4e sommet (© P. Gatta)

Everest voie Nepalaise (© P. Gatta)
En direction du sud : grimpeur dans la voie Népalaise (© P. Gatta)

Sommet de l'Everest (© P. Gatta)
Sommet de l'Everest. 24 mai à 5h45 (© P. Gatta)

Sommet de l'Everest (© P. Gatta)
Sommet de l'Everest. La combinaison pleine de materiel (© P. Gatta)

Panorama depuis le sommet de l'Everest (© P. Gatta)
Vue panoramique depuis le sommet. Everest arête nord est (gauche), Kangchenjunga, Makalu et le début de l'arête du Lhotse (droite) (© P. Gatta)

6h30, il est temps de descendre. Namgyal reste un peu plus longtemps pour faire des photos. Pas de problème à la descente jusqu’au 2e ressaut. J’y arrive seul, Namgyal et Nima sont derrière. Je commence à desescalader quand mon pied gauche s’emmêle dans 5 ou 6 vielles cordes fixes. Je ne peux plus bouger. J’essaye de rester calme, j’enlève le masque pur y voir mieux. Il me faut une quinzaine de minute pour sortir de cette situation et continuer la descente.

Everest Vue depuis le sommet du 2e ressaut (© P. Gatta)
Vue depuis le sommet du 2e ressaut (© P. Gatta)

Je ne fais pas vraiment confiance aux cordes fixes et préfère desescalader que descendre en rappel, même si c’est plus long. Finalement, il est 9h lorsque j’arrive au camp 3. Nima et Namgyal arrivent quelques instants après. Je reste quelques minutes pour faire fondre de la neige et manger un peu et je poursuis la descente seul. A 8 000 mètres je fais une pause pour prendre un dernier film.

J’arrive au camp 2 vers 11h30. Jamie me donne 0.5 L de jus que je bois d’un coup. Je continue à porter bêtement de l’eau qui a gelé depuis cette nuit (même dans ma combinaison). Depuis que nous avons quitté le camp 3 il y a 12 heures je n’ai pratiquement rien bu ni manger et je commence à en payer le prix. Je suis crevé. Le vent souffle à 80 km/h et les conditions se détériorent.

La descente jusqu’au col nord me prends pratiquement 4 heures alors que la montée avec un sac bien plus lourd m’en avait pris 5. A plusieurs occasions je me couche dans la neige à la limite de m’endormir. J’arrive au col à 15h30, cela fait 16h d’effort avec 22 kg de matériel, pratiquement toujours au dessus de 8 000 m, dans la neige fraiche et le froid. Malgré tout j’apprécie cette dernière nuit dans ce camp un peu triste de partir.


25 Mai : Col nord de l'Everest (7 050 m) - Camp de base avancé (6 450 m)

Apres une bonne nuit je me sens mieux. On vide les tentes et descendons très chargé en direction du camp de base avancé. Je prends le premier repas correct depuis des jours et on passe l’après midi à ranger le matériel qui sera descendu par les yaks.


26 Mai : camp de base avancé (6 450 m) - Camp de base (5 150 m)

Je quitte le camp de base avancé et je suis content de faire les 25 km de long du glacier de Rongbuk pour la dernière fois. Après 4h30 j’arrive au camp de base, c’est la fin de l’ascension de l’Everest et le retour à une altitude inferieure fait du bien.


27-28 Mai : camp de base (5 150 m) - Zanghmu (2 300 m) - Kathmandu

Le retour du camp de base à Kathmandu le long de la route de l’amitié est une autre aventure mais la vue superbe. En tout il faut 14 heures de 4x4 pour arriver à Kathmandu.

Shishapangma (© P. Gatta)
Shishapangma, 8013 m, le 14e -et dernier- des sommets de 8000 m.
Photo prise de Lalung La, 5050 m, sur la route de Zanghmu (© P. Gatta)

Le passage de la frontière entre la Chine et le Népal a été la dernière aventure. En particulier car dans la précipitation du départ j’ai oublié mon Visa au camp de base. Heureusement, l’assistant de la Chinese Mountaineering Association a fait un super boulot avec les services de l’immigration...

Route de l’amitié
La "route" vers Zanghmu. (© P. Gatta).

Challenge des 7 Summits

L'Everest fait partie du Challenge des 7 Summits qui consiste à réaliser l'ascension du plus haut sommet de chacun des 7 continents.

    Instagram     YouTube    RSS