English version

Spine Challenger
Ultra-trail hivernal de 174 km, Angleterre

Spine Challenger: Ultra-trail hivernal de 174 km, Angleterre (© P. Gatta)
Spine Challenger : Ultra-trail hivernal de 174 km, Angleterre (© P. Gatta)

Les deux courses: la Spine Challenger et la Spine Race

Chaque année en janvier, le petit village d'Edale dans le Parc national de Peak District en Angleterre voit débarquer quelques dizaines de coureurs venus participer à l'un des deux Ultra-trail qui parcourent la Pennine Way ; un ensemble de collines qui s'étendent sur 430 km.

Deux distances sont proposées : la Spine Challenger avec 174 km et +5400 m et la Spine Race avec 430 km et +11,200 m. Les deux courses sont des non-stop avec un temps limite de 60 heures pour la Challenger et 7 jours pour la longue. Ces temps limites peuvent sembler larges mais les conditions en hivers en Angleterre avec notamment la boue, la neige, la glace, les dalles gelées, les tourbières et autres réjouissances modifient considérablement les vitesses de course. Ces deux ultras rapportent d'ailleurs 4 points pour les qualifications à l'UTMB.

Les deux courses suivent donc la Pennine Way qui est un grand trail national en Angleterre. La Spine Challenger termine à Hawes, alors que la Spine Race termine à Kirk Yetholm, près de la frontière Ecossaise. Il y a tres peu de ravitaillements (check point) le long de la course, un seul pour la Challenger à Hebden Bridge après 72 km de course, et quatre de plus pour la longue à Hawes (fin de la Challenger), Middleton in Teesdale, Alston et Bellingham. Autant dire qu'on n'est pas loin des courses en autosuffisance ce qui a un impact sur le poids du sac. A chaque ravitaillement il est possible d'avoir un repas chaud, des boissons, de prendre une douche et de dormir quelques heures. L'organisation transporte les affaires de check en check point ce qui permet de changer de vêtements. Il y a aussi une équipe médicale compétente et attentionnée qui prend soin des coureurs tout au long de la course, même en dehors des check points. En outre, il est autorisé de s'arrêter dans les Pubs pour se ravitailler (en nourriture et en eau bien sûr) et il est égalemnent possible d'avoir une équipe de support.

En route vers Pen-y-ghent (© Euan Bruce)
En route vers Pen-y-ghent (© Euan Bruce)

Le matériel obligatoire est plus conséquent que sur d'autres Ultra-trail puisqu'il faut porter non seulement des vêtements chauds, de l'eau et de la nourriture mais également un minimum d'équipement de survie, à savoir un sac de couchage, un sur-sac en Goretex, un mini réchaud (Esbit suffit) et un kit médical. En étant raisonnable, il est possible de limiter le poids du sac à environ 5 kg soit ce qui permet encore de courir.

Plusieurs challenges viennent s'ajouter à la distance ; tout d'abord l'état des chemins en hivers et la météo qui peut être extrême avec des températures négatives et de la neige. Ensuite la nuit dure 15 heures à cette époque de l'année ce qui est long et pas facile mentalement. Enfin le parcours n'est pas balisé et même si c'est un trail populaire, il y a de nombreuses sections où il est impératif de savoir se servir d'une carte et d'une boussole ou d'un GPS. J'ai dû courir les trois-quarts de la course avec le GPS à la main et malgré tout j'ai fait environ 5-6 km extras.

En ce qui concerne le paysage, les photos ci-dessous parlent d'elles-mêmes. C'est beau, varié et mêmes si certaines grandes villes sont relativement proches, on a un sentiment d'isolement et de dépaysement. Les nuages noirs, la neige et le vent y contribuent également, après tout l'Angleterre en plein soleil ne serait pas vraiment l'Angleterre. Les dénivelés sont plus modestes que sur nombres d'autres ultra, ce qui compense un peu le poids du sac légèrement supérieur et les conditions du terrain.

Au final la Spine Challenger est une course à faire en particulier pour celles et ceux qui cherchent un ultra-trail hivernal, plus engagé et plus sauvage que la plupart des autres ultras. Cela peut-être aussi une première expérience avant de tenter les courses dans le grand nord. En ce qui concerne la Spine Race et ces 430 km, c'est une autre histoire...

Au niveau logistique ; les coureurs arrivent à Edale le vendredi, la veille de la course. L'après-midi il y a un control des sacs, quelques rappels sur la météo, la gestion du froid et la sécurité. Il y a quelques hôtels et Pubs à Edale. Edale est facilement accessible en train depuis Manchester ou Sheffield. Une heure avant le départ de la course, les organisateurs récupèrent les bagages des coureurs et les transportent à chaque check point jusqu'à l'arrivée. La course démarre le samedi matin à 8h.

La Pennine Way (© P. Gatta)
La Pennine Way (© P. Gatta)

Le récit de la Spine Challenger 2013

D'Edale à Hebden Bridge (CP1) : 72 km et +2450 m

On a commencé la course le samedi matin à 8h comme prévu. La météo n'etait pas trop mauvaise ; -2°C, quelques nuages mais pas de pluie et une visibilité relativement bonne.

Départ de la Spine à Edale (© P. Gatta)
Départ de la Spine à Edale (© P. Gatta)

Le vent s'est renforcé sur l'arête de Kinder Low avec des rafales à 70km/h. Le paysage était particulièrement beau tout le long de cette section avec un sol blanc et des nuages sombres.

Spine : Kinder downfall (© P. Gatta)
Spine : Kinder downfall (© P. Gatta)

J'avais entendu parler des dalles de la Pennine Way et c'est à Mill Hill qu'on a commencé à courir dessus. Je suis tombé deux fois en courant sur des dalles gelées mais dans l'ensemble c'est clairement mieux que de courir dans les tourbières...

Spine : les dalles (© P. Gatta)
Spine : les dalles (© P. Gatta)

Nous avons eu un premier contrôle de course à Snake Road avant de continuer vers Bleaklow Head. Finalement le sol gelé était plutôt un avantage et a permis d'éviter de marcher dans l'eau ou la boue mais par contre le sol était très inégal et la croute de gel se brisait un peu comme le dans le salar d'Atacama.

Spine : vers Bleaklow Head (© P. Gatta)
Spine : vers Bleaklow Head (© P. Gatta)

Je me suis trompé quelques fois de chemin après Bleaklow Head mais dans l'ensemble la section jusqu'à Torside reservoir est bien sympa.

Spine : vers Torside reservoir (© Mike Clark)
Spine : vers Torside reservoir (© Mike Clark)

J'ai retrouvé Mike (équipe de support) un peu avant Torside reservoir et on a couru ensemble quelques kilometres.

Spine : Torside reservoir (© P. Gatta)
Spine : Torside reservoir (© P. Gatta)

Encore une fois toute cette partie avec son lac, la forêt était et des bons chemins a été très agréable.

Spine : forêt après Torside reservoir (© Mike Clark)
Spine : forêt après Torside reservoir (© Mike Clark)

J'ai eu un premier coup de barre après Crowden en remontant vers Laddow Rocks. Sur cette section le trail est etroit, le vent était très fort et le bord de la falaise un peu trop prés. Bref, difficil de courir et premier coup au mental après juste 30 km quand il en reste encore 140 km...

Montée vers Laddow Rocks (© Mike Clark)
Montée vers Laddow Rocks (© Mike Clark)

Comme toujours quand ca va mal, je mange ce qui m'a sans doute boosté un peu. Le vent était toujours aussi fort mais le ciel s'est dégagé. La section de Wesseden reservoir, Black Moss reservoir à Millstones Edge était plus facile et bien roulante.

Spine : Black Moss reservoir (© P. Gatta)
Spine : Black Moss reservoir (© P. Gatta)

La nuit est tombée vers 16h30 au moment où je passais Warland Reservoir. J'ai fait un bout de chemin avec deux coureurs avant qu'on ne choisisse des chemins differents vers Stoodley Pike. Je n'ai pas cherché à comprendre en lisant la carte, j'ai bêtement suivi le GPS et je suis arrivé Hebden Bridge avant eux. Hélas la montée jusqu'au check point 1 n'a pas été si facile et je me suis perdu quelques fois. J'ai finalement retrouvé Euan et on a fait les derniers kilomètres jusqu'au CP1 ensemble. Je suis arrivé à 19h39 avec seulement 10 minutes de retard sur ce que j'avais prévu (par la suite le timing est parti un peu en vrille). Je me sentais plutot bien et surtout je n'avais pas encore d'ampoules.

Hebden Bridge (CP1) - Hawes (fin de la course) : 102 km et +2925 m

Je suis resté au CP1 1h15, où j'ai mangé un certain nombre d'assiettes de Chili Con Carne et un nombre encore plus grand de muffins. Le tout arosé d'une demi bouteille d'un jus d'orange super sucré... on m'a dit ensuite que c'était du sirop... J'ai refait le strapping de mes pieds, remis des chaussettes sèches avant de repatir pour 100 km.

La Pennine Way (© Julie Gretton)
La Pennine Way (© Julie Gretton)

Je me suis trompé de chemin dès le départ du CP. Comme je regarde le GPS constamment, je ne fais jamais plus de quelques centaines de mètres d'erreur avant de revenir sur le bon trail mais c'est pénible. Quelques kilomètres plus tard je rentre dans une zone marécageuse et malheureusement le sol n'est pas gelé et je finis dans l'eau jusqu'aux mollets plusieurs fois. Je suis fou de rage car je sais que les pieds ne secheront pas et que c'est le meilleur moyen d'avoir des ampoules, sans parler du froid.

J'ai rejoint Eugeni et Joel juste après la montée de Walshaw reservoir. A nouveau le chemin était très technique, gelé, boueux et innondé, bref cassant et difficile à courir. Nous sommes restés tous les trois avant de retrouver Euan à Cowling pour un nouveau ravito. Il devait être 1h30 et peu de temps après on a rejoint Andy, un autre coureur. Nous allons rester tous les quatre pratiquement 10 heures jusqu'au sommet de Pen-y-ghent.

La température a encore baissé et comme j'ai oublié un des mes vetements chauds au check point, je commence à avoir vraiment froid. Comme en plus on avance lentement sur ce sol difficile, pas moyen de se rechauffer. Alors je mange autant que je peux pour essayer de luter contre l'hypothermie et l'hypoglycémie.

Quinze heures de nuit ça fait long. On ne voit rien, on avance lentement, il fait froid, on parle peu, on manque de sommeil et au final on rentre progressivement dans l'état de zombie. On arrive finalement à Malham juste aprés le lever de soleil avec 3 heures de retard sur mon planning. Julie nous a attendu pour nous donner de l'eau et un peu de nourriture avant de continuer sur Malham Cove.

Eugeni, Joel, Andy et Philippe à Malham (© Julie Gretton)
Eugeni, Joel, Andy et Philippe à Malham (© Julie Gretton)

Galvanisés par le retour du jour, Eugeni et moi sommes partis à fond juste après Malham Cove. Pour rien car on est partis dans la mauvaise direction, rajoutant encore 500 mètres inutiles au compteur.

Spine : lever de soleil après Malham (© P. Gatta)
Spine : lever de soleil après Malham (© P. Gatta)

Le côté positif d'avoir pris du retard pendant la nuit, c'est que maintenant on peut voir de jour toute cette région du parc du Yorkshire Dales. Pour ne rien gâcher, la température remonte un eu et le vent est tombé. Il faut en profiter car ça ne va pas durer...

Eugeni, Joel et un spectateur (© P. Gatta)
Eugeni, Joel et un spectateur (© P. Gatta)

L'organisation a rajouté un mini check point avec de l'eau juste avant le lac de Malham Tarn. Toute cette partie est esthétique et le chemin est à nouveau plus proprice à la course même si on court en partie dans la neige.

Eugeni et Philippe descendant de Mountains Fell (© Euan Bruce)
Eugeni et Philippe descendant de Mountains Fell (© Euan Bruce)

Encore une fois le temps change trés vite et le ciel se couvre de gros nuages noirs. Julie et Euan nous ravitaillent pour la dernière fois à Silverdale Rd et on prend la dicrection du sommet de Pen-y-ghent.

Philippe sur Silverdale Rd (© Euan Bruce)
Philippe sur Silverdale Rd (© Euan Bruce)

Julie et Euan en profite pour nous dire que les deux coureurs de tête ne sont pas loin devant et surtout ils vont plus lentement que nous...

Spine : Pen-y-ghent (© P. Gatta)
Spine : Pen-y-ghent (© P. Gatta)

La montée de Pen-y-ghent n'a pas été trop terrible mais il neige quand nous arrivons au sommet. Sachant que nous étions assez proche des premiers, Eugeni a commencé à me pousser pour les rattraper. Cela n'avait pas d'interet pour lui car il faisait la longue mais il m'a gentiment proposé de me booster pour me faire gagner la courte ! On a laisé Andy et Joel pour accélérer le rythme.

Andy dans la montée de Pen-y-ghent (© P. Gatta)
Andy dans la montée de Pen-y-ghent (© P. Gatta)

Pas facile de rester lucide après 28 heures de course non-stop et on a tous les deux oubliés les conseils du briefing, à savoir qu'il était possible de couper pour éviter Horton in Ribblesdale. On a bêtement suivi l'ancien trail et fait 4,2 km de plus pour rien...

Neige pendant au sommet de Pen-y-ghent (© P. Gatta)
Neige pendant au sommet de Pen-y-ghent (© P. Gatta)

On a passé le premier des deux coureurs et Eugeni a levé le pied sachant qu'il avait encore 256 km de course à faire. Ce qu'il a fait était touchant. J'ai finalement pris la tête de la course à 4 km de l'arrivée et j'ai tout donné pour continuer à creuser l'écart. J'essayé de courir aussi vite que possible en gardant un oeil sur le GPS pour eviter une nouvelle erreur.

Après quelques hésitations dans le village de Hawes, j'ai finallement passé la ligne d'arrivée en tête aprés 32h18 de course et 4 heures de moins que le précédent record. J'ai eu la chance d'éviter une deuxième nuit dehors et surtout les grosses chutes de neige qui ont touché les autres coureurs, en particulier sur la longue. Merci à Mike, Euan et Julie pour leur aide durant la course. Mark Caldwell, vainqueur de la version longue en 2012, arrive 16 minutes plus tard, suivi par Eugeni Roselló Sole qui va gagner la version longue 2013 en 5 jours, 4 heures et 52 minutes, imppressionant !

Avec les erreurs d'orientation j'aurais fait 184 km et +5400 m.

Philippe à la cérémonie de la Spine Challenger (© Euan Bruce)
Philippe à la cérémonie de la Spine Challenger (© Euan Bruce)

Les résultats de la Spine Challenger 2013


Les 5 premiers :
1. Philippe Gatta : 32h18m
2. Mark Caldwell : 32h34m
3. Gary Warmington et Stephen Thompson : 37h09m
5. Guido Huwiler et Eamonn Chapman : 52h:26m

Il y a plus d'informations et les résulats complets sur le site officiel de la Spine Race.

Spine : lever de soleil de Malham Cove (© P. Gatta)
Spine : lever de soleil de Malham Cove (© P. Gatta)

La carte et la trace GPS de la Spine Challenger



Légende :

La trace GPS est visible en cyan où l'on peut voir les hésitations et erreurs de navigation. Note que mon GPS était éteint entre Malham Tarn et Pen-y-ghent ce qui explique les lignes droites.
Les waypoints sont représentés par des Drapeaux, Voitures et Fourchettes.

Utilisation : utilisez les flèches ou un "drag & drop" pour déplacer la carte. Appuyez sur + ou - pour zoomer. Appuyez sur Satellite pour voir la photo satellite, Hybrid pour avoir la photo satellite ainsi que les noms de villes et routes, Terrain pour avoir un fond cartographique. Cliquez sur les icones pour voir le nom des lieux.

Cliquez sur Terrain pour voir la carte avec les altitudes, sur Satellite pour voir la photo satellite ou sur Hybrid pour avoir la photo satellite et les noms des villes. Cliquez sur les icones pour voir les noms des camps ou sommets.



    Instagram     YouTube    RSS